VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics (Laylow) – Download Free Lyrics PDF & Ringtone Here

VOIR LE MONDE BRÛLER Lyrics Song is the latest English song Sung by Laylow from the album L’étrange Histoire de Mr. Anderson. VOIR LE MONDE BRÛLER song was released on the official youtube channel Laylow. Here One can find VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics Meaning, VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics in French, Spanish & English, VOIR LE MONDE BRÛLER Song Ringtone, VOIR LE MONDE BRÛLER Song Download, VOIR LE MONDE BRÛLER Song Mp3 Download. Get VOIR LE MONDE BRÛLER song lyrics here Below.

VOIR LE MONDE BRÛLER Song Mobile HD Wall Paper Free Download

VOIR LE MONDE BRÛLER Song Information:

Song Title VOIR LE MONDE BRÛLER
Singer Laylow
Album L’étrange Histoire de Mr. Anderson
Lyricist Laylow
Release date July 16, 2021
Music Label Laylow

VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics By Laylow:

Toi qui traînes la night
Toi qui cherches encore tes limites
Quand t’écoutes cette vibe
T’oublies tout, tu veux t’laisser vivre
Laisser, laisser vivre
Yeah, oh, yeah
Yeah, oh, yeah, yeah
Yeah, yeah, yeah

Tu mélanges la frappe et l’alcool
Puis ça y est tout s’effrite, tout part dans l’décor
T’en as rien à battre de leurs codes
Toi tu veux juste brûler l’monde avec tes potes

C’était jour de fête là
T’avais pas mal d’zetla
T’avais même un frère qui avait sous loué l’dernier S-Line
Il t’avait dit : “Hé, viens ce soir on s’fait un vrai bail
Viens on bouge en ville, viens on vit, viens on vrille”
Dehors tard la night, bail de 23 heures
Bien sûr qu’le plan t’chauffes et bien sûr qu’t’avais rien à faire
Donc tu prends ton phone, tu regardes dans ton répertoire
Tu cherches deux-trois meufs aux mœurs légères, qui pourraient s’rappeler d’toi

– Appelle celle là
– Ouais, c’est bon j’appelle, j’appelle
Ouais, elle est trop classe celle là
– Allô
– Ouais bien ou quoi ?
– Ouais, c’est qui ?
– C’est Jay là
– Ah, ouais, ça va ?
– Ça va, tranquille
J’suis avec *** et ***
J’voulais savoir si j’peux passer chez toi là ?
– Euh, c’est compliqué là
– Arrête j’entends pleins d’bruits derrière toi là
– Ouais mais là c’est vraiment pas l’ambiance
– Vas-y on arrive, t’sais quoi ? On arrive
– Non, mais ça sert à rien
– Ouvre la porte j’suis en bas

Dix minutes plus tard t’étais déjà en bas
T’entendais du son mais le son lui t’entendait pas
Avec ta main droite tu bousillais l’bouton d’l’interphone (ouvre putain)
Avec ta main gauche tu t’bousille avec la ‘teille de rhum
Et t’es resté ivre, à faire les cent pas autour d’la porte en attendant qu’elle s’ouvre
T’en voulais au monde entier, l’impression qu’il veut t’contredire
Qu’il t’a jamais bien compris, toi t’attendais juste un signe, juste un défouloir
Il est apparu sous la forme d’un mec normal en imperméable
Il payait pas d’mine, il y était pour rien mais toi tu lui as dit

– Hé, toi là
– Quoi moi ?
– Il fait l’beau lui, t’étais à la soirée de ***
– Bien sûr il y était frère
– Mais j’vous connais même pas
– Tiens fils de pute
– Uh, uh
– P’tit bâtard
– Oh, tu fais quoi là ? Oh
– Fils de pute, viens là
– Oh
– Espèce d’enculé va
– Mais lâchez le putain
– Allez c’est bon, c’est bon les gars, venez on s’nachave
– Mais putain mais comment c’est possible d’être aussi con ?
– Ferme ta gueule toi, t’avais qu’à nous inviter à toi soirée aussi
– Mais vous êtes des bandes de lâches
– Héhéhéhéhé
– Mais vous pouvez pas le laisser comme ça
– Hahahahahahaha

Tu mélanges la frappe et l’alcool
Puis ça y est tout s’effrite, tout part dans l’décor
T’en as rien à battre de leur code
Toi tu veux juste
Tiens te voilà toi

Et t’es rentré tard parce que t’étais ‘fonce
Parce que t’avais honte, parce que t’avais les sappes sales et les yeux rouges
T’as croisé ta mère, elle te parle d’tes potes, tes bulletins d’école
Et vu qu’t’es à l’Ouest, tu la r’gardes che-lou (hé, faut qu’on discute là)
Donc t’esquives, tu vas dans ta chambre
T’essaies de faire le vide, t’essaies de faire le change
Entre le bien et le mal, mais bon ça t’monte à la tête
P’tit pétard à la fenêtre juste pour décompresser

– Mais ça pue ton truc, ça pue
Hé où tu vas là ? Où tu vas ?
Reviens ici

Quand tu t’regardes dans l’miroir avoue que tu t’reconnais pas
Tu t’dis qu’c’est la vie et qu’la vie ça doit être une pétasse
Qui t’as laissé en plan et qui t’as même pas donné des chances
Et puis t’as chaud, et puis t’as chaud
Comme si c’était pas assez, voilà qu’ta daronne toque (ouvre-moi cette porte)
T’as l’impression que y a l’monde entier qui veut ta peau (ouvre)
L’impression qu’t’es solo dans l’océan sur un radeau
Mais tu t’regardes dans l’miroir et puis tu t’dis qu’ça sera toi négro, ça sera pas un autre

– C’est bon je sors, je sors
Bon, qu’est-ce qui y a maintenant ?
– Quoi, qu’est-ce qui y a maintenant ?
Mais t’es complètement défoncé
– Ouais, ouais, et alors ?
– Et alors, j’t’ai porté neuf mois dans mon ventre
Personne te connait mieux qu’moi, t’es en train de
– Doucement, doucement, doucement, doucement
– De devenir un monstre
– Arrête putain!
– Non j’arrêterai pas
– Tu sais quoi j’crois j’vais partir, c’est mieux maman
– Tu t’barres et tu vas où ? Tu vas où ? Hein ? Tu vas où ?

Woah, oh, quand tu traines la night
Avoue qu’tu penses à deux-trois trucs qui sont lointain mais qui rongent ton âme
Comme la fois où t’as hagar un mec, comme la fois où t’as mis ta mère tellement mal
T’étais tellement high
T’entendais pas l’ange pleurer tout au fond d’toi (ouais, ouais)
Yeah, oh, yeah
Yeah, oh, yeah, yeah
Yeah, yeah, yeah

Oui c’est ça vas-y, va t’en
Et reviens pas, si tu pars c’est pour la vie
On est pas chez les blancs ici
Tu nous fais honte, mais regarde toi là
Mais ça va nulle part ton truc

CLICK HERE FOR LATEST ENGLISH SONG LYRICS 


VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics in Spanish By Laylow:

Tu que andas de noche
Tú que sigues buscando tus límites
Cuando escuchas esta vibra
Te olvidas de todo, te quieres dejar vivir
Deja, deja vivir
Sí, oh, sí
Sí, oh, sí, sí
Si, si, si

Mezclas hit y alcohol
Entonces ya está, todo se desmorona, todo entra en la decoración
Te importan un carajo sus códigos
Solo quieres quemar el mundo con tus amigos

Fue un dia de celebracion
Tenias mucho zetla
Incluso tenías un hermano que había subarrendado la última S-Line
Él te dijo: “Oye, vamos esta noche, estamos haciendo un trato real
Ven, nos movemos en la ciudad, venimos a vivir, venimos a girar ”
Salida tarde en la noche, contrato de arrendamiento a las 11 p.m.
Por supuesto, estás calentando el plan y, por supuesto, no tenías nada que hacer.
Entonces toma su teléfono, busca en su directorio
Estás buscando dos o tres chicas con moral ligera, que te recuerden

– Llama a este
– Sí, está bien, estoy llamando, estoy llamando
Sí, ella tiene demasiada clase esta
– Hola
– ¿Sí o qué?
– Sí, ¿quién es ese?
– es Jay ahí
– Ah, sí, ¿cómo estás?
– Bien, todo tranquilo
Estoy con mierda y mierda
Quería saber si puedo ir a tu casa allí.
– Uh, es complicado ahí
– Detente, escucho muchos ruidos detrás de ti.
– Sí, pero esta no es realmente la atmósfera.
– ¿Nos vamos, sabes qué? Llegamos
– No, pero es inútil
– Abre la puerta, estoy abajo.

Diez minutos después ya estabas deprimido
Escuchaste sonido pero el sonido no te escuchó
Con tu mano derecha arruinaste el botón del intercomunicador (jodidamente abierto)
Con tu mano izquierda te metes con la botella de ron
Y te quedaste borracho, paseando por la puerta esperando a que se abriera
Estabas enojado con todo el mundo, la impresión de que te quiere contradecir
Que nunca te entendió bien, solo estabas esperando una señal, solo un reventón
Apareció como un chico normal con un impermeable.
No pagó la minería, no tuvo nada que ver con eso, pero le dijiste

– Oye, estás ahí
– Qué yo ?
– Se ve bien, estabas en la fiesta de mierda.
– Por supuesto que estaba hermano
– Pero ni siquiera te conozco
– Oye hijo de puta
– Uh, eh
– Pequeño bastardo
– Oh, ¿qué haces aquí? Oh
– Hijo de puta, ven aquí
– Oh
– Tu hijo de puta se va
– Pero suelta a la puta
– Vamos, está bien, está bien chicos, vamos, vamos a aburrirnos
– Pero maldita sea, ¿cómo es posible ser tan estúpido?
– Cállate, solo tenías que invitarnos a tu fiesta también
– pero sois cobardes
– Héhéhéhéhé
– Pero no puedes dejarlo así
– Jajajajajajaja

Mezclas hit y alcohol
Entonces ya está, todo se desmorona, todo entra en la decoración
Te importa un comino su código
Tu solo quieres
Aquí estás

Y llegaste tarde a casa porque lo ibas a hacer
Porque tenías vergüenza, porque tenías savia sucia y ojos rojos
Te encontraste con tu madre, ella habla de tus amigos, los informes de tu escuela
Y como estás en Occidente, la miras che-lou (oye, tenemos que hablar aquí)
Entonces te escabulles, vas a tu habitación
Intentas aclarar tu mente, intentas hacer el cambio
Entre lo bueno y lo malo, pero oye se te sube a la cabeza
Pequeño petardo en la ventana solo para relajarse

– Pero apesta lo tuyo, apesta
Oye, ¿a dónde vas allí? A dónde vas ?
Regresa aqui

Cuando te mires al espejo admite que no te reconoces
Te dices a ti mismo que esta es la vida y que la vida debe ser una perra
¿Quién te dejó en el frío y quién ni siquiera te dio una oportunidad?
Y luego estás caliente, y luego estás caliente
Como si eso no fuera suficiente, aquí está tu gorro de chef daronne (ábreme esa puerta)
Tienes la impresión de que todo el mundo quiere tu piel (ábrete)
La sensación de que estás solo en el océano en una balsa
Pero te miras en el espejo y luego te dices a ti mismo que serás tú nigga, no será otro

– Está bien, salgo, salgo
De acuerdo, ¿qué pasa ahora?
– ¿Qué, qué pasa ahora?
Pero estás completamente drogado
– Sí, sí, ¿y qué?
– Y así, te cargué nueve meses en mi vientre.
Nadie te conoce mejor que yo, lo eres
– Suavemente, suavemente, suavemente, suavemente
– Convertirse en un monstruo
– ¡Deja de joder!
– No, no me detendré
– Sabes lo que creo que me voy a dejar, es mejor mamá
– ¿Te detienes y adónde vas? Dónde vas ? ¿Eh? Dónde vas ?

Woah, oh, cuando pasas el rato por la noche
Admita que está pensando en dos o tres cosas que están lejos pero que carcomen su alma
Como la vez que pirateaste a un negro, como la vez que lastimaste tanto a tu madre
Estabas tan alto
¿No escuchaste al ángel llorar profundamente dentro de ti (sí, sí)
Sí, oh, sí
Sí, oh, sí, sí
Si, si, si

Sí, eso es todo, adelante, vete
Y no vuelvas, si te vas es de por vida
No estamos entre los blancos aquí
Nos avergüenzas, pero mírate ahí
Pero no va a ninguna parte lo tuyo


VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics in French By Laylow:

Toi qui traînes la night
Toi qui cherches encore tes limites
Quand t’écoutes cette vibe
T’oublies tout, tu veux t’laisser vivre
Laisser, laisser vivre
Yeah, oh, yeah
Yeah, oh, yeah, yeah
Yeah, yeah, yeah

Tu mélanges la frappe et l’alcool
Puis ça y est tout s’effrite, tout part dans l’décor
T’en as rien à battre de leurs codes
Toi tu veux juste brûler l’monde avec tes potes

C’était jour de fête là
T’avais pas mal d’zetla
T’avais même un frère qui avait sous loué l’dernier S-Line
Il t’avait dit : “Hé, viens ce soir on s’fait un vrai bail
Viens on bouge en ville, viens on vit, viens on vrille”
Dehors tard la night, bail de 23 heures
Bien sûr qu’le plan t’chauffes et bien sûr qu’t’avais rien à faire
Donc tu prends ton phone, tu regardes dans ton répertoire
Tu cherches deux-trois meufs aux mœurs légères, qui pourraient s’rappeler d’toi

– Appelle celle là
– Ouais, c’est bon j’appelle, j’appelle
Ouais, elle est trop classe celle là
– Allô
– Ouais bien ou quoi ?
– Ouais, c’est qui ?
– C’est Jay là
– Ah, ouais, ça va ?
– Ça va, tranquille
J’suis avec *** et ***
J’voulais savoir si j’peux passer chez toi là ?
– Euh, c’est compliqué là
– Arrête j’entends pleins d’bruits derrière toi là
– Ouais mais là c’est vraiment pas l’ambiance
– Vas-y on arrive, t’sais quoi ? On arrive
– Non, mais ça sert à rien
– Ouvre la porte j’suis en bas

Dix minutes plus tard t’étais déjà en bas
T’entendais du son mais le son lui t’entendait pas
Avec ta main droite tu bousillais l’bouton d’l’interphone (ouvre putain)
Avec ta main gauche tu t’bousille avec la ‘teille de rhum
Et t’es resté ivre, à faire les cent pas autour d’la porte en attendant qu’elle s’ouvre
T’en voulais au monde entier, l’impression qu’il veut t’contredire
Qu’il t’a jamais bien compris, toi t’attendais juste un signe, juste un défouloir
Il est apparu sous la forme d’un mec normal en imperméable
Il payait pas d’mine, il y était pour rien mais toi tu lui as dit

– Hé, toi là
– Quoi moi ?
– Il fait l’beau lui, t’étais à la soirée de ***
– Bien sûr il y était frère
– Mais j’vous connais même pas
– Tiens fils de pute
– Uh, uh
– P’tit bâtard
– Oh, tu fais quoi là ? Oh
– Fils de pute, viens là
– Oh
– Espèce d’enculé va
– Mais lâchez le putain
– Allez c’est bon, c’est bon les gars, venez on s’nachave
– Mais putain mais comment c’est possible d’être aussi con ?
– Ferme ta gueule toi, t’avais qu’à nous inviter à toi soirée aussi
– Mais vous êtes des bandes de lâches
– Héhéhéhéhé
– Mais vous pouvez pas le laisser comme ça
– Hahahahahahaha

Tu mélanges la frappe et l’alcool
Puis ça y est tout s’effrite, tout part dans l’décor
T’en as rien à battre de leur code
Toi tu veux juste
Tiens te voilà toi

Et t’es rentré tard parce que t’étais ‘fonce
Parce que t’avais honte, parce que t’avais les sappes sales et les yeux rouges
T’as croisé ta mère, elle te parle d’tes potes, tes bulletins d’école
Et vu qu’t’es à l’Ouest, tu la r’gardes che-lou (hé, faut qu’on discute là)
Donc t’esquives, tu vas dans ta chambre
T’essaies de faire le vide, t’essaies de faire le change
Entre le bien et le mal, mais bon ça t’monte à la tête
P’tit pétard à la fenêtre juste pour décompresser

– Mais ça pue ton truc, ça pue
Hé où tu vas là ? Où tu vas ?
Reviens ici

Quand tu t’regardes dans l’miroir avoue que tu t’reconnais pas
Tu t’dis qu’c’est la vie et qu’la vie ça doit être une pétasse
Qui t’as laissé en plan et qui t’as même pas donné des chances
Et puis t’as chaud, et puis t’as chaud
Comme si c’était pas assez, voilà qu’ta daronne toque (ouvre-moi cette porte)
T’as l’impression que y a l’monde entier qui veut ta peau (ouvre)
L’impression qu’t’es solo dans l’océan sur un radeau
Mais tu t’regardes dans l’miroir et puis tu t’dis qu’ça sera toi négro, ça sera pas un autre

– C’est bon je sors, je sors
Bon, qu’est-ce qui y a maintenant ?
– Quoi, qu’est-ce qui y a maintenant ?
Mais t’es complètement défoncé
– Ouais, ouais, et alors ?
– Et alors, j’t’ai porté neuf mois dans mon ventre
Personne te connait mieux qu’moi, t’es en train de
– Doucement, doucement, doucement, doucement
– De devenir un monstre
– Arrête putain!
– Non j’arrêterai pas
– Tu sais quoi j’crois j’vais partir, c’est mieux maman
– Tu t’barres et tu vas où ? Tu vas où ? Hein ? Tu vas où ?

Woah, oh, quand tu traines la night
Avoue qu’tu penses à deux-trois trucs qui sont lointain mais qui rongent ton âme
Comme la fois où t’as hagar un mec, comme la fois où t’as mis ta mère tellement mal
T’étais tellement high
T’entendais pas l’ange pleurer tout au fond d’toi (ouais, ouais)
Yeah, oh, yeah
Yeah, oh, yeah, yeah
Yeah, yeah, yeah

Oui c’est ça vas-y, va t’en
Et reviens pas, si tu pars c’est pour la vie
On est pas chez les blancs ici
Tu nous fais honte, mais regarde toi là
Mais ça va nulle part ton truc

CLICK HERE FOR LATEST CARTOON SONG LYRICS 


Download VOIR LE MONDE BRÛLER Song Lyrics Free PDF Below:


Download VOIR LE MONDE BRÛLER Song Mp3 & Ringtones For Free:

Free Music Downloader Song - MP3 Songs Download for Free Platforms: Appstore for Android

Note: If you find any mistakes in the lyrics, Please let us know below the comment section. We will very thankful to you guys. Do you believe ‘Sharing is Caring’? If you Believe that please share these lyrics with your friends, family members, and also with your loved ones so they can also enjoy it.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *